Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes visites

INTRODUCTION

Archives

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 21:31

Mélissa grandit, elle commence à se poser de vrais questions sur Yaniss, tout doucement, par période, les même questions qui reviennent. Pourquoi Yaniss est handicapé ???? et pourquoi il est malade ? et s'il est malade on a qu'a l'emmener chez le docteur !!!  (j'adore cette réponse sortit si spontanément que j'ai eu du mal à répondre)

 

Bref elle s'intéresse davantage à son frêre, ils n'ont jamais vraiment pu jouer ensemble mais Mélissa a trouvé un terrain d'entente, toute seule elle se rapproche de lui, ça fait quelque fois qu'ils passent de bons moments ensemble et forcément ça nous fait plaisir.

 

yaniss-et-melissa-2013 2849

 

yaniss-et-melissa-2013 2928

yaniss-et-melissa-2013 2937

 

yaniss-et-melissa-2013 2942

 

yaniss-et-melissa-2013 2951

 

yaniss-et-melissa-2013 2953

 

yaniss-et-melissa-2013 2840

 

 

Une mini wonder woman en puissance ! :-)

yaniss-et-melissa-2013 2956

Partager cet article

Repost 0

commentaires

danielle6883 16/05/2013 21:58


La phrase que Papa  nous invite à méditer prouve bien qu'il y a toujours pire ailleurs, meme si l'être humain a parfois tendance à ne voir que ses propres problèmes.


Il est vrai que Mélissa grandira peut-être un peu plus vite, mais elle en sortira plus forte.

danielle6883 16/05/2013 21:40


Comme ils s'aiment ces deux-là ! Cela fait vraiment plaisir à voir. Et quels beaux regards que porte Yaniss sur sa petite soeur, c'est touchant.


C'est sûr que Mélissa est trop jeune pour comprendre pourquoi son frère est différent, et ce n'est pas évident de trouver les mots pour répondre à ses questions.


Trop mimi miss wonder woman !


 

Papa ou pap , cela dépend 03/05/2013 22:50


Ces questions prouvent qu'elle ne voit plus tout à fait avec ses seuls yeux d'enfant, mais avec ceux qu'on a
habituellement plus tard. C'est perdre son innocence, c'est devenir un humain doté de la connaissance du bien et du mal. Elle m'a demandé l'autre jour pourquoi sa mamy Sylvette était morte, et
qu'est-ce cela voulait dire exactement. Dur dur de trouver les mots justes pour répondre. Il faut livrer les éléments petit à petit, faire venir les choses. Puis un jour, on prend la mesure de la
violence de la mort. Avant, on avait le ciel et les anges. C'était pratique, mais ne faisait que reculer le moment où on allait se demander qui étaient ces anges et comment on faisait pour monter
au ciel, évidemment !


Il y aura peut-être aussi la période de rébellion. Le pourquoi moi, pourquoi lui. Avant, c'était le moment
où on renonçait logiquement à adorer un Dieu pervers qui jouait à semer la souffrance gratuitement, en montrant du doigt, au hasard.


Elle va grandir plus vite, se placer comme la grande petite soeur, et comprendre plein de choses qu'on finit de
toutes façons par apprendre. Elle aura une longueur d'avance. Les leçons de la vie, on les prend toujours en pleine gueule comme un TGV, que ce soit à 5 ans ou à 50. Il appartient à
tout son entourage de lui prouver que l'homme révolté doit puiser à même sa révolte la résilience pour la combattre. Ruser avec elle comme au judo devant un adversaire terrifiant dont on doit
utiliser la force pour l'abattre puisque nos propres forces ne sauraient y pourvoir.


Yaniss, il est une raison de plus pour trouver la joie, la combativité. Yaniss doit nous faire voir le monde selon
un autre prisme. Un de ses sourires, la plus petite de ses manifestations de bien-être ou de revendication, quelques-uns de ses pas hésitants rejoignent une autre échelle de valeurs. Une autre,
mais en aucun cas pire ou meilleure. Dans son monde, il est probablement loin de se douter qu'il nous fait grandir.


Mélissa ne tardera pas à capter ces enjeux. Il suffit de l’y aider un peu…


Je vous invite à réfléchir quelques instants sur une pensée de Osvaldo Guayasamín qui, personnellement, me va « como
anillo al dedo » (comme un gant ?) :


“Yo lloré porque no tenia zapatos, hasta que vi a un niño que no tenia
pies”


(Je pleurai parce que je n’avais pas de chaussures jusqu’à ce que je vis un enfant qui n’avait pas de pied)


Besos !